Minerve et Eurydice : Les thèses les plus probables ...


Pour l'origine de l'accident les choses n'ont jamais été claires car l'épave n'a officiellement jamais été retrouvée.
Il faudra sans doute attendre 2018, soit cinquante ans après la perte de la Minerve, le 27 janvier 1968, pour connaître les conclusions de cette disparition.
Cependant, il semblerait que, dans les années 80, une épave ait été repérée dans le secteur 65 par des moyens magnétiques américains et photographiée. L'analyse montrerait que les tôles légères (superstructures et ballasts) soient réparties sur plusieurs nautiques carrés, et que la coque soit disloquée par la vitesse de descente et l'impact avec le fond. Malgré l'intime conviction des enquêteurs, on ne peut être totalement affirmatif sur l'identité de l'épave.

Les thèses les plus souvent formulées :
- la collision lors de la reprise de surface.
- Une avarie de barre.
- un dysfonctionnement du système d'air en particulier du clapet de tête.

Les dernières hypothèses seraient plus vraisemblables car elles expliqueraient pourquoi le sous-marin a disparu si brutalement alors qu'un accident de surface aurait sans doute permis à celui-ci de signaler sa présence. Un incident de navigation survenu deux ans plus tard sur un sous marin en essai dans le même secteur (65) et par des conditions météo, donc de mer, identiques a mis en évidence la rapidité d'entrée d'eau de mer par le tube d'air, le bord étant en dépression lors des marches au schnorkel, en cas de problème dans la manoeuvre automatique du clapet de tête. L'incident de la Flore, montre que la quantité d'eau embarquée en 10 secondes est supérieure à la flotabilité du sous marin, qui en plongée est un "ludion".

Pour l'Eurydice, la cause la plus probable reste la collision, lors d'une reprise de vue, avec un cargo ( identifié par le personnel aéro qui travaillait avec le sous marin et confirmé par les traces trouvées sous sa coque lors du passage au bassin de ce dernier à Marseille ). L'épave retrouvée et photographiée en partie ensevelie dans un éboulis de roches par -750 mètres d'immersion, montre que la collision a eu lieu sur l'avant de la baignoire, au niveau du panneau "officiers" (au dessus de la batterie avant) qui fut décaloté, entrainant une ouverture de 80 cm de diamètre dans le carré officier. Seule l'arrière est visible, d'où l'incertitude, une fois de plus sur les causes exactes de l'origine de cette perte.

 




Editions photographiques Marius Bar
 

 

En guise d'épilogue voici un article du "Monde" daté du 26/08/2000 :


 

Trente ans après, deux naufrages de sous-marins français restent inexpliqués :



LA MARINE russe n'est pas la seule à cacher ses échecs, comme elle l'a montrée avec la disparition du Koursk. Trente-deux ans après la perte de la Minerve, puis de l' Eurydice en Méditerranée, la France n'a toujours pas rendu public le résultat de ses enquêtes sur ces deux naufrages qui provoquèrent la mort, au total, de 109 sous-mariniers, dont un officier pakistanais.
A moins d'une décision gouvernementale d'ouvrir les archives avant l'heure, il faudra attendre 2018, soit cinquante ans après la perte de la Minerve, le 27 janvier 1968, au large de Toulon, pour connaître les raisons de cette disparition suivie, le 4 mars 1970, par celle de l' Eurydice, un sous-marin en tous points jumeau du premier.
Au sein de la marine nationale, la Minerve et l' Eurydice faisaient alors partie d'une série de onze sous-marins de la classe dite « Daphné », c'est-à-dire des bâtiments de 1 040 tonnes en plongée qui furent conçus, dans les années 1960-1970, pour la lutte anti-sous-marine et qui se sont inspirés de la technologie des « U Boot » allemands de la dernière guerre mondiale. A l'époque, la France du général de Gaulle était fière d'avoir récupéré son autonomie face à l'OTAN et d'aligner des sous-marins classiques de moyen tonnage à grande manoeuvrabilité, à forte endurance en plongée et reconnus pour leur discrétion acoustique en immersion.
Hélas ! En Méditerranée occidentale, la Minerve coule par 1 000 mètres de profondeur, en 1968, implosant probablement à quelque 500 mètres, très au-delà des limites de sécurité, et l' Eurydice sombre, en 1970, après avoir permis au général de Gaulle, chef de l'Etat, de rendre hommage, au cours d'une plongée spectaculaire d'une quarantaine de minutes en février 1968, à l'équipage du premier sous-marin.
L'épave de la Minerve n'a jamais été localisée avec précision. Celle de l' Eurydice, pas davantage, même si on a photographié quelques débris par 700 mètres de profondeur.

SILENCE OPAQUE

La marine française a alors entouré ce double naufrage d'un silence opaque, qui dure encore. La raison d'Etat s'est imposée. Au motif - non avoué officiellement - que les sous-marins de la classe « Daphné », outre qu'ils équipaient la France en attendant la mise en service d'autres submersibles des modèles « Narval », puis « Agosta », avant l'apparition des futurs sous-marins nucléaires d'attaque du type « Rubis », ont connu des succès commerciaux inespérés à l'exportation. Les « Daphné » ont été adoptés par le Portugal (quatre exemplaires), l'Afrique du Sud (trois), le Pakistan (quatre) et par l'Espagne (quatre) entre 1965 et 1975. Il était malvenu, en commentant les naufrages de la Minerve et de l' Eurydice, de décrier le produit. Mission réussie, puisque le Pakistan et l'Espagne sont restés fidèles à la technologie française en continuant à acheter, dans les années 1980, respectivement 4 et 4 sous-marins « Agosta ». En attendant l'ouverture des archives, on est réduit, faute que la marine française ait joué franc-jeu, à des hypothèses sur les avatars tragiques de la Minerve et de l' Eurydice. Comme pour la marine russe. Les scénarios risquent d'être d'autant plus crédibles qu'ils s'appuient sur la mésaventure survenue à un autre sous-marin de la même série, la Flore, sans avoir de conséquences aussi funestes.
A l'époque, l'incident ne fit pas la « une » de la presse, sauf qu'on a pu apprendre, par des indiscrétions tardives, que la navigation mouvementée du sous-marin avait donné lieu, entre le commandant et son second, à un sérieux affrontement que l'état-major de la marine crut habile de vouloir régler en famille.

VICE DE CONSTRUCTION

En 1970, en effet, l'équipage de la Flore a failli être victime d'un simili-naufrage lors d'un exercice en Méditerranée. A ceci près que le sous-marin est parvenu à revenir à la surface, grâce à la maîtrise de son équipage. Il s'est agi de ce qu'on appellerait aujourd'hui un bug technique, d'aucuns disent un vice de construction. Non seulement, croit pouvoir se souvenir après coup un expert, il y a eu un dysfonctionnement des clapets du schnorchel (le tube qui est chargé d'aspirer l'air frais et d'évacuer les gaz d'échappement en plongée) au point de laisser l'eau s'engouffrer. Ce qui n'était pas nouveau sur un tel sous-marin. Mais, croit-il pouvoir ajouter, les barres de plongée se sont bloquées de façon inopinée, rendant incontrôlable la conduite du bateau et l'attirant vers le fond comme « un fer à repasser ».
D'autres incidents ont illustré la vie de deux sous-marins de la même catégorie, la Galatée et la Psyché. Durant tout ce temps-là, la France a gardé - et conserve encore - un silence prudent, sans cesser de vendre des sous-marins à l'étranger. La Russie rencontre, elle aussi, depuis 1968, année pendant laquelle elle perdit pas moins de deux submersibles nucléaires en Atlantique, puis dans le Pacifique, de graves problèmes de sécurité de plongée. En 1970, un troisième faisait naufrage, en Atlantique. Les experts se demandent si la disparition du Koursk aura ou non, pour Moscou, un impact direct sur ses exportations de sous-marins. Le précédent des « Daphné » français, durant ces deux mêmes années, incline à croire que c'est assez peu probable.

Jacques Isnard
Le Monde daté du samedi 26 août 2000



 



 

< Page Précédente

Page Suivante >

www.000webhost.com